Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Arcimboldo transforme l’image de la nature

Arcimboldo transforme l’image de la nature
Marine

Pendant cet été l’artiste Italien inaugure sa production de tête comprenant des éléments divers. Une méthode qui va animer la cour des Habsbourg et attirera plusieurs concurrents.

Il s’agit à la fois d’une nature non vivante et d’un portrait car c’est l’axe le plus important de l’engouement de l’été, car c’est une œuvre peinte à l’huile sur panneau de bois par Giuseppe Arcimboldo. Mesurant 67 centimètres sur 51 ce tableau représente une gamme de saisons: le printemps fleuris, l’été et l’automne composé de fruits et légumes, l’hiver disposant d’un tronc d’arbre. Cette œuvre qui fut créée en 1563, a été donnée à l’empereur Maximilien II le 1er janvier 1569.

On retrouve déjà, L’été qui est exposé au Kunsthistorisches Museum de Vienne. Désormais, il sera rejoint par L’hiver. C’est au Louvre qu’est exposé toute la série des Saisons. Au sein du musée, vous avez la même version réalisée par le même artiste dix ans après la véritable œuvre offerte par l’empereur à l’Electeur Auguste de Saxe.

Un concept existant en plusieurs versions

Cette version de L’été inauguré est certainement une idée des têtes composées qui a permis à l’artiste de devenir célèbre. Ses mélanges d’objets qui forment des images intéressent l’empereur qui lui demande de le multiplier. Le peintre décline le procédé considérablement composé de quatre objets dont l’eau qui comporte des animaux aquatiques, L’air qui comporte des oiseaux, La terre qui comporte des mammifères, Le feu composé de lampes, des fusils et branches brûlantes.

En l’absence de documents, il nous est impossible d’avoir plus d’informations sur la vie du peintre qui baptisé de son nom, ce type arcimboldesque.

En fait, c’est à Milan qu’il est né en 1527 et a décoré la cathédrale en concevant des vitraux et tapisseries. Et c’est en 1562 que cet artiste est reconnu à la cour des Habsbourg entre Vienne et Prague.