Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Manuel Valls dévoile de plus en plus ses intentions pour la présidentielle de 2017 - Ziclick.fr

Luc
  • Le 26 octobre 2016

Manuel Valls a expliqué sur France Inter qu’il ne compte plus défendre la candidature possible de François Hollande à la présidentielle de 2017.

Manuel Valls affiche de plus en plus son intention à se lancer à la candidature

Sur France Inter, ce dernier a indiqué qu’il prenait ses distances de la candidature possible de François Hollande en présentant une sorte de programme. Il averti d’ailleurs que la Gauche peut être écartée de l’histoire.

Concernant la question de la particularité de la candidature de François Hollande, Manuel Valls a en premièrement c’était une décision intime et de poursuivre en indiquant que le Président « doit prendre en compte la situation ». « Il a aussi l’obligation de parler clairement sur sa candidature et expliquer les lignes de son possible prochain mandat », a-t-il remarqué. Par contre, le maître de Matignon a refusé d’admettre qu’il se prépare à se présenter à la présidentielle au cas où François Hollande refusait de se présenter.

Toutefois, il a tout de même critiqué le livre polémique « Un président ne devrait pas dire ça». « si je dois dire une chose au Président de la république, je le lui dis directement, car je crois que l’exercice du pouvoir est intime, cela demande du respect de la confidence, et celui du secret », a lancé le Premier ministre.

Un projet pour la France

Le Chef du gouvernement a toutefois dévoilé ses axes prioritaires tout en crayonnant un projet pour la France. « Tout montre qu’il s’agit d’un projet pour la France qui devra être celui du PS. Cependant, si la gauche début seulement en choisissant qui pourra se présenter ou qui remplacera qui à telle place se trompera » a asséné le Premier ministre.

Mais, il a tenu à ne pas faire oublier qu’il est se dévoue au service de l’État », qu’il s’occupe des inquiétudes des français ».

D’autre part, le Premier ministre s’est attaqué farouchement à Ségolène Royal qui, d’après lui, « alanguit l’autorité de l’État » en montrant continuellement qu’elle s’oppose à la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Cette réaction survient après que la ministre de l’Environnement a été citée comme une potentielle alternative à François Hollande. Mais cette dernière a démentie cette rumeur dans le JDD.