Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Rachat de Langualine par Téléperformance - Ziclick.fr

Luc
  • Le 23 août 2016

Teleperformance a racheté LanguageLine à 1,52 milliard de dollars. En fait, Teleperformance est une entreprise internationale spécialisée dans la relation client externalisée et LanguageLine propose des programmes multimédias dédiés à l’interprétariat.

Désormais, Teleperformance se lance dans une vaste opération de développement externe en rachetant LanguageLine Solutions LLC pour 1,52 milliard de dollars. Ce rachat a été réalisé grâce à plusieurs financements venant de la part de plusieurs banques comme le Crédit Agricole, HSBC et Société Générale. Ce rachat pourrait être clôturé en décembre.

Quant à LanguageLine Solutions elle fournit des programmes multimédia d’interprétariat tels que la téléphonie ou encore la visiophonie à 25 000 clients BtoB évoluant dans plusieurs domaines comme la santé, la finance, les assurances, les entreprises publiques et les télécoms aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada et le.

L’année, l’entreprise basée en Californie a généré un chiffre d’affaire de 388 millions de dollars et de 147 millions de dollars comme résultat opérationnel avant dotations aux amortissements (EBITDA). En 2017, l’entreprise va célébrer sa trente cinquième année.

« grâce au management avancé de LanguageLine Solutions, nous voulons déployer de façon progressive nos activités sur différents marchés de Teleperformance », lancent Daniel Julien et Paulo César Vasques, tous deux Président exécutif et Directeur général de Teleperformance.

Teleperformance est le géant de la gestion relation client externalisé avec environ 190 000 collaborateurs travaillant sur 311 centres de contacts et basés dans 65 pays pour plus de 160 marchés.

Le secteur de la traduction linguistique occupe une place importante dans son activité. Car l’entreprise française se charge de la gestion de programmes en 75 langues et dialectes pour de grandes entreprises internationales.

Mais, l’entreprise n’est pas intimidée par ce genre de transaction, car cotée sur Euronext Paris. En 2015, l’entreprise avait déjà racheté une entreprise plus importante à 830 millions de dollars (Sitel).

Le rapport financer comptant pour l’exercice 2015, de l’entreprise fait état d’une hausse de son chiffre d’affaires de 50% dans les pays anglophones, en Asie-Pacifique.

L’année passée, l’entreprise française avait aussi généré un chiffre d’affaire total de 3,39 milliards d’euros soit une hausse de 7,5% de plus que l’année passée, avec un EBITDA de 351 millions d’euros comparé à l’année passée où il s’était établit à 267 millions d’euros et un résultat net de 200 millions d’euros de plus que l’année passée où il s’était fixé à 150 millions.