Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Scroll to top

Top

Twitter veut arrêter la limite des 140 caractères par tweet

Twitter veut arrêter la limite des 140 caractères par tweet
Luc
  • On 31 décembre 2015

D’après le site spécialisé Re/Code, Twitter compte donner la possibilité de publier des textes dépassant les 140 caractères attendus pour un tweet, et cela pourra être effectif vers la du premier trimestre de l’année 2016.

Bientôt de longs messages sur Twitter?

Le réseau social prépare une fonctionnalité qui pourrait donner la possibilité de rédiger des tweets plus longs comportant 140 caractères, d’après une information du site spécialisé Re/Code, ce mardi. Cet outil qui permet de publier des textes longs pourrait être démarré vers la fin du premier trimestre 2016, mais aucune décision ferme n’a encore été adoptée, a averti cependant une source proche du dossier. Le groupe américain n’a pas encore commenté le sujet.

De 140 à 10 000 caractères

Le groupe appartenant à Jack Dorsey est en train d’essayer maintenant ce produit, appelé « Au-delà de 140 » caractères Beyond 140 en anglais et permettant d’élargir sa clientèle, surtout pour la communication des entreprises.

Pratiquement, un « tweet » va apparaître toujours en 140 caractères mais seulement après que l’utilisateur ai cliqué dessus il pourra voir l’entièreté du texte dont la longueur pourrait atteindre les10 000 caractères, souligne Re/Code, reprenant les termes de sources anonymes.

Dans cette vision, il teste présentement plusieurs produits partant d’une réorganisation du flux de messages que les utilisateurs voient en fonction de leur opportunité à des sondages suivis.

En décembre, Twitter a indiqué qu’il allait maintenant proposer des publicités à tous les internautes qui lisent des contenus de son réseau même sans se connecter au site. Cette décision concernait les annonceurs qui veulent toucher les millions de personnes qui visitent Twitter tous les mois pour être à la une au de l’actualité sans en être des utilisateurs actifs.

Si la start-up américaine est devenue inéluctable pour les artistes, les sportifs, les hommes politiques et les professionnels de la communication, elle a admis pendant ces vacances que ses produits étaient trop alambiqués pour suborner le grand public, sans lequel il est impossible à son nombre d’utilisateurs de décoller.